18 June 2024
Actualité Politique

Patrice Talon : « Je ne veux pas qu’on touche une seule virgule de la constitution »

  • 8 février 2024
  • 3 min read
Patrice Talon : « Je ne veux pas qu’on touche une seule virgule de la constitution »

Le Président béninois était face aux hommes des médias nationaux et internationaux dans la matinée de ce jeudi 08 Février 2024. Sans surprise, il a été invité à répondre sur le débat en cours sur la révision de la constitution. Patrice Talon a aussi évoqué la mise à la retraite d’office de plusieurs centaines de Forces de Défense et de Sécurité ainsi que les sanctions de la CEDEAO infligées à l’encontre du Niger. 

Sur la révision constitutionnelle

Le Président de la République reconnaît d’abord, comme certains, que des erreurs pas très tôt perceptibles, se sont glissées dans la loi fondamentale, en termes de dates, suite à la modification intervenue en 2019. A ce titre, il trouve d’objectivité à la proposition de loi portée par le député Assane SEIBOU. Toutefois, tout doit être fait dans les normes, indique-t-il. Le concernant personnellement, il s’est voulu clair : « Je ne demande aucune révision. Je ne veux pas qu’on touche une seule virgule de la constitution ».

Il en a profité pour répondre à l’opposition qui estimerait qu’il veut toucher au principe de limitation à deux mandats présidentiels. A qui veut l’entendre, il renvoie à la constitution dans laquelle il est écrit que nul de son vivant ne fera plus de deux mandats, en tant que Président de la République. Pour lui, « c’est un acquis à préserver. Il ne faut pas confondre les réalités béninoises avec celles des autres pays. »

Sur la mise à la retraite d’office des forces de défense et de sécurité

« Dans un pays qui doit lutter contre l’insécurité, il faut des jeunes disponibles pour aller au combat. Il faut ramener le corps des FDS au ratio normal ; il faut donc dégraisser, restructurer ». C’est ainsi que Patrice Talon justifie cette mesure. Une mesure due à l’inversion de la pyramide des Forces de Défense et de Sécurité sous nos cieux, à l’en croire.

Il rassure que tous ceux qui sont concernés, auront un traitement particulier, sans perte de revenus pendant deux ans. Une procédure inédite, à ses yeux. Il n’a pas été aisé d’en arriver là, avoue le président Talon qui affirme : « les choix ont été difficiles à faire. Mais il faut y aller, c’est pour cela que vous m’avez élu : régler les problèmes, même les problèmes difficiles ; et je m’y attèle ».

Sur l’actualité dans la sous-région

D’abord, au sujet du Niger, le numéro 1 béninois prône un retour au dialogue et à la préservation de la paix : « les sanctions ne sont pas faites pour durer dans le temps. Nous sommes les premiers à vouloir que les sanctions s’arrêtent, s’il faut arriver à la division des peuples, il faut laisser tomber, faire la paix entre les organes pour préserver la paix entre les peuples », confie-t-il aux hommes des médias.

Ensuite, ll ne s’est pas trop étalé sur la situation au Sénégal. Patrice Talon lance notamment : « ce qui se passe au Sénégal est regrettable ».

 

Kiki T.

About Author

sesame info

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *