16 July 2024
Actualité Politique

Houndété chez Talon : Ce que les deux hommes se sont dits

  • 24 avril 2023
  • 3 min read
Houndété chez Talon : Ce que les deux hommes se sont dits

Eric Houndété, chef du parti d’opposition « Les Démocrates », a été reçu par Patrice Talon ce lundi. Les deux hommes ont passé en revue plusieurs sujets.

Un tour d’horizon de sujets d’intérêt pour le parti « Les Démocrates ». De la situation du Soja au code électoral en passant tout naturellement par la question de la nomination du chef de file de l’opposition, Patrice Talon et son hôte ont fait le tour de plusieurs sujets. Eric Houndété apprécie la démarche du président de la république mais reste tout de même sur sa faim quant aux réponses données aux préoccupations soumis au chef de l’Etat, Patrice Talon.

Sur la question du Soja par exemple, Eric Houndété reconnaît les efforts entrepris par le gouvernement pour juguler la crise. Mais il espère mieux de l’exécutif tant les mesures prises par le gouvernement n’ont pas définitivement enrayer les plaintes des producteurs. « Nous avons dit au chef de l’Etat qu’il faut aller plus loin ; permettre aux producteurs de continuer à vivre pour produire » a expliqué Eric Houndété.

De la question des libertés

L’hôte de Patrice Talon a évoqué « la situation des camarades en prison, en exil ; ceux qui sont sortis de prison mais dont la situation judiciaire reste floue ». Le président du parti « Les Démocrates » dit avoir demandé au chef de l’Etat de trouver une solution. « Il a dit que les services judiciaires étaient à pied d’œuvre » a rapporté Eric Houndété. Commentant la réponse du chef de l’Etat, l’opposant se dit optimiste quant à l’aboutissement des démarches judiciaires mais également au sujet de la proposition de loi d’amnistie en faveur des prisonniers politiques et autres exilés.

Chef de file de l’opposition

« Le chef de l’Etat est favorable à prendre les actes pour le faire en conformité à la loi existante » a indiqué le chef du parti « Les Démocrates ». Pour lui, la loi portant statut du chef de file de l’opposition comporte des écueils. « La loi n’est pas bien. Le chef de l’Etat ne peut pas nommer le Chef de file de l’opposition ». Il suggère donc de « corriger la loi ».

Le code électoral, le fonctionnement des partis politiques, l’armée civile et bien d’autres sujets ont agrémenté les échanges de Patrice Talon et Eric Houndété.

De ce tête à tête, on retient que le patron des députés de l’opposition se dit « satisfait qu’il (le chef de l’Etat) ait accepté de mettre en œuvre cette disposition à savoir recevoir le chef de file de l’opposition même s’il ne l’a pas encore consacré par un acte »

Akimbi Ola

About Author

sesame info

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *