18 June 2024
Politique

Talon-Houndete : Ce qu’on ne savait pas de la rencontre

  • 26 avril 2023
  • 5 min read
Talon-Houndete : Ce qu’on ne savait pas de la rencontre

Deux jours après son tête-à-tête avec le Chef de l’Etat, le président du parti d’opposition « Les Démocrates » est revenu sur les dessous de cette rencontre tenue au Palais de la Marina, le lundi 24 avril 2023. Eric Houndété a été reçu par nos confrères de Bip Radio.

Qui a initié la rencontre ?

D’entrée, le député précise que c’est le parti « Les Démocrates » qui est à l’origine de la rencontre. Puisqu’ils ont formulé, à l’en croire « une demande d’audience à l’endroit du Président de la République ». Mais pourquoi il n’était pas en compagnie de Boni Yayi, président d’honneur du parti qui a démarré certaines concertations un peu plus tôt ? « Non non non, ce n’est pas nécessaire, c’est deux registres différents », explique-t-il. Il va indiquer ensuite que Monsieur Yayi est un ancien président de la République et peut à ce titre rencontrer Patrice Talon, à la demande de l’un ou de l’autre.

Le Chef de file de l’opposition…

« Je suis Eric Houndété, chef de file de l’opposition, conformément aux lois de la République, en attendant que les formalités requises soient faites ».  C’est ainsi que l’homme s’est présenté. A la question de savoir s’il ne s’autoproclamait pas comme tel, Eric Houndété va rappeler l’article 8 du statut de l’opposition qui lui confère le titre. Le député ne comprend pas pourquoi le Président Talon n’a pas encore pris le décret y relatif.

Par ailleurs, il dit ne pas en vouloir au parti FCBE qui réclame encore le titre de chef de file de l’opposition. « Comme le texte n’est pas pris, ils peuvent se prévaloir encore de ça », ironise-t-il, invitant chacun à attendre quelques jours pour que les choses se décantent. Toujours au sujet du parti de Paul Hounkpè, le président du parti « Les Démocrates » a rejeté l’idée selon laquelle il serait le préféré du Chef de l’Etat, avancée par l’ancien ministre qui, lui, n’a pas été reçu par Patrice Talon, malgré sa demande d’audience. Ce faisant, le Président de la République a manqué de considération au chef de file, analyse Houndété, qui évoque « un contexte différent ayant caractérisé la nomination de son prédécesseur ».

…fonction éminemment politique

Reprécisant certains axes de son intervention à l’issue de l’audience du lundi 24 avril 2023, Eric Houndété martèle qu’il ne conteste pas au Président Talon la prérogative de nommer le chef de file de l’opposition mais il conteste plutôt à la loi, la formulation qui a été faite. «C’est indécent, ce n’est pas logique que ce soit le Président de la République qui nomme le chef de file, même s’il est vrai qu’en tant que patron de l’administration, c’est lui qui nomme à certaines fonctions administratives. Mais ici, c’est une fonction éminemment politique » a t-il déclaré. On aurait dû confier cette responsabilité à la cour constitutionnelle selon lui mais il comprend malgré tout, au vu des « lois en téléchargement nocturne, votées sans la présence de l’opposition au Parlement ».

Malgré tout, le Président est favorable à sa nomination sous peu, se réjouit Eric Houndété qui insiste sur le respect des attributs et de la liste civile, comme prévu par la loi. «Ce n’est pas une demande de confort», argumente-t-il.

Au sujet des détenus et exilés politiques

La discussion n’est pas achevée, après l’introduction de la proposition de loi d’amnistie des détenus et exilés politiques, selon le patron des Démocrates. Depuis que le texte est déposé, « nous n’avons pas encore eu de discussions avec nos collègues de la mouvance. Nous avons évoqué avec le chef de l’Etat cette proposition que nous avons faite et nous espérons qu’il comprenne la pertinence de notre démarche, qu’il la partage avec les siens pour qu’à l’Assemblée nationale, nos collègues marchent avec nous pour une décrispation effective ». Il clarifie tout de même qu’une éventuelle entente des deux parties sur ce principe, n’empêchera pas, pour autant, son parti de critiquer le pouvoir en place. Cela permettra en revanche aux Béninois d’avoir confiance les uns aux autres, selon l’ancien vice-président du Parlement.

Critique du pouvoir

« Patrice Talon vous a reçu, est-ce que vous continuez de le vilipender ? » A cette question, Eric Houndété répond que son parti et lui n’ont jamais vilipendé le Chef de l’Etat. Ils l’ont plutôt critiqué, estimant qu’il n’est pas démocrate avec la certitude d’avoir des raisons de le dire. « Ce n’est pas parce qu’il nous a reçus que nous cessons de dire qu’il n’est pas un démocrate », martèle le patron du seul parti d’opposition présent à l’Assemblée Nationale. Il estime par ailleurs qu’il y a « plusieurs lois à corriger, ce qui ferait véritablement du Bénin, un pays de démocratie ».

Finissant par un mot sur la gouvernance du pays, Eric Houndété estime que « tant que la majorité des Béninois ne se sentira pas à l’aise, il sera difficile d’acclamer cette gouvernance ». La gouvernance économique ayant, selon lui, pour vocation, de permettre aux Béninois, de bien manger.

Kiki T.

About Author

sesame info

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *