18 June 2024
Environnement

Diversité biologique : Le Bénin ravive son système d’information

  • 17 février 2023
  • 3 min read
Diversité biologique : Le Bénin ravive son système d’information

Mobiliser plus d’acteurs susceptibles de contribuer à la dynamisation du contenu de la plateforme CHM consacrée à la diversité biologique au Bénin. C’est l’ambition du point focal de la convention sur la diversité biologique au Bénin. Avec le soutien de l’organisation belge CBIOs, la direction générale des eaux, forêts et chasse a réuni ce 17 février 2023, décideurs, acteurs de la société civile et journalistes.

Sous la conduite du capitaine Augustin OROU MATILO, point focal de la convention sur la diversité biologique au Bénin, ils ont échangé sur l’importance du CHM, et renouvelé leur engagement à œuvrer pour lui donner plus de visibilité. Le CHM est un support numérique internationale mis au point pour favoriser la coopération technique et scientifique autour de la Convention sur la Diversité Biologique (CDB). Il permet de recueillir les informations, données, évènements, productions scientifiques et toutes initiatives en lien avec la biodiversité dans chaque pays.

Le Bénin relance la machine

C’est dans les années 2000 que le Bénin s’est lancé dans le processus et depuis, les acteurs nationaux animent la plateforme à partir des activités qu’ils mènent dans le domaine de la biodiversité. Mais ces dernières années, la machine s’est enrhumée et il fallait la relancer pour donner plus de visibilité au Bénin en termes de conservation, de gestion durable et de partage d’informations sur la biodiversité. C’est la finalité de cet atelier d’information et de sensibilisation qui s’inscrit dans le cadre du projet de développement du CHM à travers un nouvel outil dénommé Bioland.

De PTK à Bioland : rebondir de plus bel sur la base du nouveau cadre mondial de la biodiversité

L’ancien format du CHM répond aux ambitions de l’ancien cadre mondial de la diversité biologique encore dénommé « les objectifs d’Aichi », du nom de la ville japonaise Aichi qui a abrité la signature de l’accord. Il fonctionnait sur la base de l’outil PTK qui a désormais fait place à un nouvel outil plus moderne et plus performant : le Bioland. Dès lors, les pays sont encouragés à migrer le contenu de leur CHM existant vers le nouvel outil Bioland développé par le Secrétariat de la Convention sur la Diversité Biologique. Cette migration vers le bioland sera accélérée au lendemain de l’adoption en décembre 2022 à Montréal du nouveau cadre mondial de la diversité biologique lors de la COP 15 sur la biodiversité. Cet atelier initié par la direction générale des eaux, forêts et chasse est le premier d’une série de trois qui permettra de mettre les acteurs nationaux au pas de cette nouvelle dynamique autour du CHM.

Emilie Kpadonou

About Author

sesame info

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *