21 June 2024
Société

Port de casque obligatoire : Toutes les précisions sur l’envahissement du commissariat de Bohicon par des adeptes Vodoun

  • 29 mars 2024
  • 3 min read
Port de casque obligatoire : Toutes les précisions sur l’envahissement du commissariat de Bohicon par des adeptes Vodoun

24h après le soulèvement intervenu au commissariat de Bohicon, le préfet du Zou raconte ce qu’il s’est réellement passé. A l’origine des faits, selon Aimé Firmin Kouton, la verbalisation d’un motocycliste puis la saisie de sa moto parce que sa passagère, une adepte Vodoun n’a pas mis son casque.

Voici ses explications :

« La police a interpellé un motocycliste qui avait pour passagère, une adepte Vodoun de la divinité sakpata. Elle n’a pas porté de casque parce que cela n’est pas possible selon elle . Mais la police ne pouvant pas faire une discrimination, entre adeptes Vodoun et les autres citoyens, a dû interpeller le conducteur et non l’adepte. Il a été conduit au commissariat de police pour règlement. Mais il a suffi que la moto soit conduite à la police pour que la passagère alerte les siens. Ainsi, d’autres adeptes Vodoun ont envahi le commissariat et ont exigé la libération des concernés ainsi que la moto. Les conducteurs de zémidjan ont profité de l’occasion pour vouloir semer de trouble à l’ordre public. Ils ont donc commençé par lancer des pierres vers le commissariat. Ce que nous avons essayé de maîtriser très tôt. Nous avons également fait appel aux dirigeants du couvent concerné et même au niveau départemental. Ceci, pour que quelque chose soit fait afin que ceux qui ont envahi le commissariat se retirent. Cela a été fait avec promptitude parce que nous avons déjà un cadre de concertation avec les responsables religieux », explique le préfet du Zou.

Message de conscientisation

« Aux zémidjans (conducteurs de taxi-moto) qui voulaient profiter de la situation, nous leur avons expliqué que c’est dans leur intérêt que la répression est en cours. Car, s’ils chutent sans casque, ils se retrouveront avec des crânes fracassés. Eux-mêmes ont compris et ont quitté les lieux ».

Au-delà des zémidjans…

« Les gens doivent savoir que cette opération rentre dans le cadre de la protection civile. De plus, nous autres chargés de la sécurité de tout le monde, nous sommes tenus de prendre toutes les dispositions appropriées pour sécuriser nos populations, même par des décisions qu’ils jugent contre leur intérêt. On dit aussi mieux vaut prévenir que guérir. Donc, que les citoyens comprennent que les mesures prises ne sont pas dirigées contre leur personne. Nous travaillons plutôt afin que leur protection soit assurée et leur vie sauvegardée », conclut Aimé Firmin Kouton.

 

Kiki T.

About Author

sesame info

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *