18 June 2024
Sports

Côte d’ivoire : De l’humiliation à la consécration

  • 12 février 2024
  • 4 min read
Côte d’ivoire : De l’humiliation à la consécration

Alors qu’elle était au bord de l’élimination après sa dernière rencontre de poule soldée par une déculottée (0-4) face à la Guinée Equatoriale, la Côte d’ivoire a remis la tête à l’endroit après s’être hissée en huitième de finale par un trou de souris. Et la cerise sur le gâteau, pour couronner un parcours exceptionnel et historique, c’est la troisième étoile qui s’affiche désormais sur le maillot des Eléphants depuis la nuit de ce dimanche 11 février 2024. 

Jamais deux sans trois

C’est l’expression que le Président ivoirien Alassane Ouattara a utilisée dans son discours d’ouverture de la Coupe d’Afrique des Nations, le 13 janvier 2024. Une prémonition in fine, puisque les Eléphants auront entendu et donné du sens à son désir. Dans une finale rendue incandescente par un fou public, les joueurs du coach Emerse Faé n’ont jamais relâché, même quand, à la 38è minute, le capitaine nigérian William Trust-Ekong a ouvert le score d’une bonne déviation de la tête, contre le cours du jeu. A la reprise, Serge Aurier et ses coéquipiers accentuent leur domination.  Ils mettent les Nigérians en doute et obtiennent l’égalisation, d’un coup de tête, là aussi à la 62è minute. Le « Président Kessié » venait de dicter sa loi dans une défense des Verts, désormais aux abois.

Haller à l’heure !

Comme il l’a fait face au Mali, Sébastien « à l’heure », va, à nouveau, donner la victoire à la Côte d’ivoire, et pas n’importe quelle victoire cette fois. Un sacre ! On est à la 81è minute, le jeune ailier ivoirien Simon Adingra réussit à faire un amour de centre du pied gauche. Au premier poteau, l’attaquant de Dortmund Sébastien Haller, par un geste « zlatanesque », reprend en premier, la balle et surprend le gardien des Super Eagles. 2-1, le public du stade d’Ebimpé peut jubiler et célébrer le troisième titre continental.

Le secret d’Emerse Faé

Il y a cru jusqu’au bout. Le coach Emerse Faé qui rentre dans l’histoire en devenant premier entraîneur à remporter la Coupe d’Afrique des Nations sans commencer la compétition en tant que sélectionneur de son équipe. Il disait le soir de la qualification pour la finale : « Quand j’étais cadet, on a remporté la coupe du monde face au Nigéria, après avoir perdu notre match en poule contre eux donc j’espère que cela se reproduira ».

Désigné successeur, au pied levé, de Jean-Louis Gasset démissionnaire, le patron des Eléphants répond, quand on lui demande son secret, qu’il a juste redonné confiance aux joueurs. « Ce sont des joueurs de qualité, moi je le savais. Ça fait un an et demi que je suis avec eux. Il fallait juste retrouver ce brin de folie qui va avec la confiance. Car contre la Guinée Equatoriale, on s’était un peu dissociés ; et au fur et à mesure on a gravi les étapes, on a joué mieux et aujourd’hui, on a fait un super match », laisse entendre l’entraineur ivoirien, avec une voix pleine d’émotion.

Une vraie leçon de vie

De nombreux supporters voire de non footeux voient dans ce sacre ivoirien, une leçon de vie. Ou même un exemple de la persévérance et de l’humilité. L’humiliation équato-guinéenne est vue comme les moments difficiles de la vie. La victoire finale comme la réaction divine qui vient laver de toute souillure. Et des joueurs illustrent bien cela. Prenons juste un seul : Sébastien Haller. Ce n’est qu’en janvier 2023 que le joueur du club allemand de Dortmund a repris le football après une lutte implacable contre un cancer des testicules. Ses photos, pendant qu’il suivait sa chimiothérapie restent encore dans les têtes. Un peu plus d’un an après, le voilà sauveur d’un peuple, lui qui n’avait même pas démarré cette CAN en phase de poule, parce que diminué par une récente blessure. S’il faut continuer la liste, on citerait aussi le coach Faé à qui, on a préféré à un moment donné, Hervé Reanrd (vainqueur de la CAN 2015 avec les Eléphants) après le départ de Gasset. Les négociations avec la Fédération française de football ont échoué et le local Faé n’a pas été perturbé mais a plutôt travaillé sereinement jusqu’à soulever le trophée.

 

Kiki Towanou

About Author

sesame info

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *